Les damnées du low cost

Auteur : Anne Gintzburger

Réalisation : Franck Vrignon

Montage : Emmanuel Chariéras

Diffusion prévue le 8 avril à 21h30 sur France 5

C’est d’abord un cri qui résonne et glace le sang. Puis ce sont des visages de femmes, les yeux fermés et la rage tournée vers le ciel. Elles viennent de perdre leur fille, leur mère. Ce 24 avril 2013, le cri des ouvrières du Bangladesh, et les 1200 cadavres sortis des décombres de leur usine ont fait le tour de la planète.

Après les deuils, voici le temps de l’enquête sur les responsabilités. Voici venu le temps de la mobilisation des consciences. Pour comprendre d’où viennent ces femmes et ce qu’elles vivent dans les usines de confection du Bangladesh. Un bagne des temps modernes pour produire toujours plus et toujours moins cher, afin de satisfaire les grandes marques textiles occidentales. Et puis nous, consommateurs…

Le miracle low cost n’est qu’un mirage : cela se sait et cela se dit maintenant. L’alerte est lancée. Au Bangladesh, mais aussi en France, en Europe, la résistance s’organise pour dénoncer un système qui tue.

Le drame du Rana Plaza, après tant d’autres, est LA goutte d’eau qui donnera peut-être un coup d’arrêt à la course folle de l’économie mondialisée. Depuis le 24 avril, les questions se sont multipliées, qui toutes mettent en cause la sous-traitance des grandes enseignes, les conditions de travail, les mensonges et la spirale de la consommation hystérique.

Est-il possible alors de reconstruire les modes d’échanges, d’obliger les multinationales à signer – et à respecter – des accords sécurité ? Peut-on gagner en traçabilité des produits, mais aussi bien sûr repenser notre quotidien pour devenir conso-responsables ?

La mondialisation n’est plus seulement un mot, elle a aujourd’hui le visage de la femme anonyme qui nous interpelle avec force.

Un commentaire pour Les damnées du low cost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.